Expo – Scenocosme

metamorphyScenocosme
Grégory Lasserre & Anaïs met den Ancxt
08/10 > 30/10 : 12h > 19h
Vernissage vendredi 07/10 : 18h30
Palais de l’Archevêché
Entrée libre

Le couple d’artistes Scenocosme réunit Grégory Lasserre et Anaïs met den Ancxt.
Leurs créations singulières prennent forme à travers diverses expressions: installations interactives, art plastique, art numérique, art sonore, performances collectives etc… En distillant la technologie numérique, ils en font ressortir des essences de rêve et de poésie, ils en utilisent ainsi la partie vivante, sensible voire fragile.
Artistes plasticiens, ils détournent diverses technologies pour créer des œuvres d’art contemporaines. Ils développent la notion d’interactivité, par laquelle l’œuvre existe et évolue grâce aux relations corporelles et sociales des spectateurs. Ils réalisent d’étonnantes hybridations entre technologies et éléments vivants ou naturels (végétaux, humains, eau, bois, pierres…). La plupart de leurs œuvres interactives perçoivent diverses relations invisibles entre les corps et l’environnement. Ils rendent sensibles les variations énergétiques infimes des êtres-vivants en proposant des mises en scène interactives où les spectateurs partagent des expériences sensorielles extraordinaires.
Leurs œuvres sont présentées dans de nombreux musées, centres d’art contemporain et festivals d’art numérique dans le monde. Leurs installations artistiques ont notamment été exposées au ZKM Centre for Art and Media Karlsruhe (Allemagne), au Musée des beaux-arts de la Nouvelle-Écosse (Canada), au Daejeon Museum of Art (Corée), au National Centre for Contemporary Arts (Moscou) , au Contemporary Art Museum Raleigh (USA), au Bòlit Centre d’Art Contemporani (Girona); dans de nombreuses biennales et festivals internationaux : Art Center Nabi / INDAF (Séoul), Biennial International Experimenta (Australie), Futuresonic (UK), BIACS3 Biennial International of Contemporary Art (Seville), NAMOC National Art Museum of China / TransLife Triennial of Media Art (Pékin), WRO (Pologne), FILE (São-Paulo), ISEA International Symposium on Electronic Art (2009 Belfast, 2011 Istanbul, 2012 Albuquerque, 2013 Sydney), EXIT, VIA, Lille3000, Ososphere, Scopitone, Seconde nature (France)… lors d’événements importants : Exposition universelle (Shanghai), Nuits Blanches (Toronto, Halifax, Singapour, Bruxelles, Brighton, Amiens, Segovia, Bucarest), Fête des lumières (Lyon)… ainsi que dans plusieurs centres d’art : MONA (Australie), MUDAC, Fondation Claude Verdan (Lausanne), Musée Ianchelevici (Belgique), Kibla (Slovénie), Banff Centre (Canada), la Villa Romana (Florence), Utsikten Kunstsenter (Norvège), Watermans (UK), Centre des arts d’Enghien-les-Bains, La Gaîté Lyrique (Paris) etc.

Ils présenteront à Arles cinq oeuvres :

Métamorphy
www.scenocosme.com/metamorphy.htm
Métamorphy propose des formes d’immersions et de projections possibles du corps où se mêlent reflets réels et imaginaires. Métamorphy renvoie à la notion de métamorphose et le préfixe « méta » signifie le changement, la succession, le fait d’aller au-delà. Le voile semi-transparent possède une élasticité qui s’inscrit dans le processus de la métamorphose : il se déforme lorsque le spectateur le touche, et reprend sa rigidité lorsqu’il le relâche.
Cette création propose un voyage onirique à travers des interactions sensorielles avec le voile. Il est une forme de peau symbolique, l’interface tactile d’un rêve palpable. Chaque appui de la main en révèle des profondeurs différentes. L’exploration de ses différentes couches en profondeur révèle l’intimité d’un univers imaginaire. Les matières visuelles et sonores évoquent des univers profonds, méditatifs, à travers des substances organiques, liquides ou incandescentes.
Les gestes des spectateurs sur le tissu permettent de modifier les scénarios visuels et sonores: les déformations tridimensionnelles activent l’apparition d’une matière vidéo et sonore modifiée en temps réel par leurs actions. A l’image d’une partition, les zones d’interaction dévoilent des matières sonores en sommeil sur les différentes zones du tissu. Enfin, lorsque plus personne ne touche le tissu, celui-ci se retend et les matières virtuelles disparaissent. Seul le reflet du spectateur reste visible.

Matières sensibles
www.scenocosme.com/matiere.htm
Matières sensibles est une sculpture réalisée à partir d’une feuille de placage de bois très fine et délicate. Cette feuille de frêne ondé possède des zones tactiles sonores distinctes qui suivent les veines naturelles du bois. Les recherches de Scenocosme leur ont permis de développer un processus artistique et technique invisible et délicat. Ce travail minutieux leur donne ainsi la possibilité de composer une partition sonore sensible qui se révèle au contact des différents dessins du bois. Ils ont inventé ce procédé de Bio hacking qu’ils nomment «marqueterie interactive».
Cette sculpture de bois produit des sons lorsque que les spectateurs les frôlent. Elle frémit, ronronne, crisse… émet des timbres sonores variés. Ils utilisent ici les sons pour stimuler un comportement gestuel et haptique. Cette sculpture a ainsi été conçue sous la forme d’instrument qui révèle au toucher différentes sonorités.
Matières sensibles propose une relation intime et sensorielle entre le bois et le corps du spectateur en révélant une mémoire sonore au contact physique de la matière. Le bois est ici une surface interactive sensible dont l’énergie électrostatique du corps humain est l’élément déclencheur. Les zones interactives suivent exactement les veines du bois.

Akousmaflore
www.scenocosme.com/Akousmaflore.htm
Akousmaflore est un jardin composé de véritables plantes musicales réactives à nos frôlements. Chaque plante s’éveille au moindre contact humain par un langage, un caractère sonore. Sensibles à notre énergie électrostatique, les plantes réagissent au toucher et à notre proximité. Ainsi, lorsque les spectateurs les caressent ou les effleurent, celles-ci se mettent à chanter.
À travers leurs créations, les artistes Scenocosme travaillent sur des hybridations possibles entre végétal et technologie numérique. Les plantes sont des capteurs naturels et vivants, sensibles à des flux énergétiques divers qu’ils proviennent de nos corps ou de l’environnement où elles sont exposées. Dans ce projet, ils interprètent ces flux perçus par la plante en proposant une interaction sonore. Ils abordent un traitement, une modification des données liée aux interventions des spectateurs dans l’oeuvre. Leurs contacts avec les plantes permettent d’engendrer ou de superposer des flux sonores mais aussi d’en modifier les teintes et les fluctuations. Cette oeuvre propose un langage végétal spécifique qui se manifeste à travers des compositions sonores signifiant des caractères, des comportements. Ceux-ci génèrent des feedback, influencent la réaction, l’émotion et l’approche du spectateur.
Notre corps produit en permanence une énergie électrostatique subtile que nous ne percevons pas. Ce nuage énergétique nous suit comme une ombre et effleure notre environnement de manière invisible. En mêlant réalité et imaginaire, Scenocosme propose une expérience sensorielle qui questionne nos relations énergétiques invisibles avec les êtres-vivants. En rendant audible ce qui échappe à notre perception, ils rappellent ici que notre environnement est fait non pas de choses inertes, mais vivantes, réactives. Les plantes rappellent leur existence par un cri, un chant, une vibration acoustique.

Lights contacts
www.scenocosme.com/contacts_installation.htm
Lights Contacts est une œuvre interactive perceptible à deux ou plus. Cette installation sensible, tactile, sonore et lumineuse met en scène les corps des spectateurs et les transforme en véritables instruments sonores humains. A travers cette création, Scenocosme désire, de manière poétique, questionner le visiteur sur sa perception de l’autre.
Une première personne pose sa main sur la bille. Tant qu’elle maintient ce contact avec celle-ci, son corps est sensiblement réactif aux contacts d’autres corps vivants. Mais si elle reste seule, il n’y a aucune réaction. Elle doit inviter une deuxième personne à venir la toucher, et le contact doit se faire de peau à peau. En fonction de la proximité des contacts et des spectateurs, chaque touché corporel provoque des variations lumineuses et sonores.
Scenocosme propose ici une expérience sensorielle, mais avec le corps de l’autre et avec cette volonté d’animer ce qui échappe à notre perception. Dans cette situation qui rend audible et lumineux nos contacts énergétiques (électrostatiques) avec l’autre, il s’agit de provoquer, bousculer les degrés de proximités que nous entretenons avec l’être connu ou inconnu.
Coproduction Centre des arts d’Enghien-les-Bains, Scène conventionnée pour les écritures numériques / Prix Qwartz Arts Nouveaux Médias
Prix de la création Arts visuels et technologies Bains numériques #5 /    Prix du public à Lab30 – Media Arts Festival – Augsburg (Allemagne)

Echos
http://www.scenocosme.com/echos.htm
Les reliefs du temps gravés par les cernes de ce mûrier sont parcourus par une tête de lecture qui dévoile en temps réel ses rythmiques sonores. Cet objet est mis en résonnance avec un dessin construit selon le principe d’une seule ligne continue évoluant au cours du temps.
Une installation sonore, non interactive.

www.scenocosme.com

Palais de l’Archevêché, 1er étage, place de la République, Arles

Photo : Métamorphy  © Grégory Lasserre & Anaïs met den Ancxt